Les accoucheuses
-1: La fierté -
-2: La révolte -
-3: La déroute -

Histoire inédite des Patriotes

Le pays insoumis

Les tuques bleues

Autres roman et nouvelles

Gratien Gélinas

Marie Gérin-Lajoie

Études historiques

 

À lire:
Jasettes archivées

 

Pour vous abonner au bulletin électronique de l’auteure, prière d’envoyer un courriel à Écrivez-moi ci-haut, en mettant le mot « bulletin » comme objet.

___________________

 

     Accueil    Conférences    Profil biographique     Écrivez-moi    Mes oeuvres    English Abstract

Anne-Marie vous pique une jasette…

 

En science historique comme en bien d’autres domaines, des convictions sont parfois forgées à coups de marteau sur des enclumes faites d’approximations, de raccourcis ou de racontars. Le but est généralement idéologique, comme dans le cas de la supposée misogynie de Louis-Joseph Papineau. Je crois avoir prouvé, par mes travaux ultérieurs, mon professionnalisme et mon souci de réintégrer la gent féminine dans l’Histoire. Par contre, jamais je n’irai jusqu’à travestir la réalité telle que trouvée dans la documentation, dans le but de me conformer à des écoles de pensée qui croient détenir la vérité. L’honnêteté prime par-dessus tout.

Après une recherche exhaustive de plusieurs année dans les archives, j’affirme que Papineau respectait de prime abord les femmes, toutes et chacune d’entre elles. Je n’ai rien lu, rien vu, qui m’incite à penser le contraire. Il n’y a qu’à lire mon « Papineau – Par amour avant tout » pour comprendre le type de compagnonnage qu’il privilégiait… Pourtant, à l’instar de quelques autres calomnies, celle de misogynie est régulièrement réanimée dans l’espace public. La preuve qui la soutient? Lors d’un débat à l’Assemblée législative en janvier 1834, Papineau déclare : « Quant à l’usage de faire voter les femmes, il est juste de le détruire. Il est ridicule, il est odieux de voir traîner aux hustings des femmes par leur mari, des filles par leur père, souvent même contre leur volonté. L’intérêt public, la décence, la modestie du sexe exigent que ces scandales ne se répètent plus. Une simple résolution de la chambre qui exclurait ces personnes-là du droit de voter sauverait bien des inconvénients. »

Là-dessus s’est bâti un préjugé : nécessairement, Papineau endosserait la « vision républicaine » de la respectabilité féminine : la participation des femmes à la vie citoyenne, hors de la sphère domestique familiale, était contraire aux bonnes mœurs (lire l’historienne Denyse Baillargeon dans Le Devoir du 18 septembre 2021, section Libre opinion).C’est un manque de rigueur que d’asseoir un jugement catégorique – celui d’être un misogyne souhaitant priver les femmes de leur droit de vote – sur une courte tirade sortie de son contexte.

D’abord, il faut savoir que sa fameuse réplique, Papineau ne la dit pas pendant les débats sur la loi qui privera effectivement les femmes du droit de suffrage (mais qui ne sera pas mise en vigueur). Il la prononce relativement à une autre loique le député John Neilson souhaite faire réviser, celle réglant les élections, car elle serait cause d’abus selon lui; et comme exemple, il cite le droit pour les femmes de voter. Alors, partout dans l’Empire britannique, le droit de suffrage devient peu à peu exclusivement masculin; quelques années plus tôt, les lois créant des conseils de ville à Montréal, Québec et Toronto l’ont d’ailleurs réservé aux mâles.

À Neilson, Papineau rétorque que la principale source d’abus est le scandale de la violation de la liberté électorale par les hauts placés de l’Exécutif colonial, ainsi que la nomination « d’hommes de parti » comme officiers d’élection. Alors, la violence électorale est partout, endémique et terrorisante. Aussitôt, le débat est « personnalisé » par Austin Cuvillier, un vire-capot qui a bel et bien traîné son épouse Marie-Claire Perrault – dont il est pourtant séparé de biens – au bureau de vote de la fameuse Rue du Sang, en 1832. Papineau lance donc à Cuvillier sa fameuse tirade. Ce dernier réplique avoir vu Papineau recevoir les votes féminins« avec plaisir et, par son sourire agréable et gracieux, leur en témoigner son approbation et s’en féliciter ». N’est-ce pas un témoignage direct de l’opinion de Papineau sur le sujet? L’historiographie l’a pourtant négligé, comme bien d’autres aspects d’une réalité qu’il faut retisser dans ses détails pour en faire un panorama saisissant… et moins manichéen que le voudraient certaines écoles de pensées.

Le 28 septembre 2021